Napperons aux fuseaux

Publié le par Lilou34

Vous avez bien vu, ils ne sont pas montés sur toile.

Avec moi, ce sont toujours les finitions qui trainent....

Napperons aux fuseauxNapperons aux fuseaux

Et voilà comment j'ai résolu le problème du montage sur toile, c'est bien, non ????

Napperons aux fuseaux

Publié dans Dentelle aux fuseaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Merci pour ces super tutos
Répondre
S
Bonjour, je suis de passage et suis dentellière : vous ne faites plus de dentelle au fuseau ? Si tel est le cas, c'est dommage, vous vous débrouilliez bien !
Répondre
N
Bravo pour la dentelle aux fuseaux. C'est la seule activité qui me fait oublier l'heure et mes soucis (quand ils se présentent). J'aime vraiment faire de la dentelle (et en fait tout ce qui découle du fil, sauf la couture pour laquelle je ne suis pas trop douée!!!). Je viens juste de découvrir votre blog mais il est vraiment super. Merci à vous de nous faire partager vos passions.
Répondre
M
bravo lilou je vient d'admirer tes ouvrages ,j'ai trouvais tous ce que tu fait tres joli et bien achalander aussi cela ma fait tres plaisir de decouvrir t'on blog
bravo
bonne continuation ,ne t'arette pas surtout
Répondre
L

Merci, je continue, je me régale à les faire.


M
Bonjour et surtout, félicitations pour les dentelles. J'adore. J'i fait un essai de dentelle du Queyras en 2007. C'était magique. Puvoir manipuler les fuseaux, c'est carrément sensuel. Et le résultat est une dentelle et du bonheur. Si j'avais découvert plus tôt, j'aurais craqué à fond, mais là, trop tard, tant pis, je reste dans les petites croix.
Bonne continuation à toi.
Amitiés.
Répondre
L

Merci, merci, c'est vrai que la dentelle aux fuseaux est très relaxante.Il y a le bruit des fuseaux, les fils qui se croisent et qui, normalement, forment doucement les motifs, et la lenteur
d'avancement qui permet de savoir prendre le temps, ne pas vouloir avancer vite, et profiter pleinement de ces instants.
On peut en faire, même à dose homéopathiques, c'est comme le vélo, les croisements ne s'oublient pas !


V
très beau ravail !
Répondre